Edito

Saad Benkirane

Président de l’Espace Associatif

Il est dans ces espaces de liberté d’expression, chers à chaque être humain qui aspire à se sentir reconnu et actif comme citoyen porteur de droits et d’obligations envers son environnement direct et sa société. Il est dans ce recours à la justice pour faire valoir ses droits sans avoir, ni à subir l’arbitraire ni à supporter la douleur de l’injustice et de la discrimination. Il est dans cette rencontre femme/homme qui se développe et se pratique dans l’égalité, à la maison, au travail, dans les espaces publics et dans les sphères de gouvernance. Il est dans le droit de chacun et chacune d’exprimer sa différence et la proclamer sans en craindre la transgression parce qu’une autre différence prétend jouir d’un statut supérieur ou absolu.

Au Maroc, le développement démocratique est à construire et reconstruire en permanence pour lui en assurer pérennité et viabilité dans la vie de tous les jours et dans les différents espaces de notre société. Il se définit dans le temps, dans l’espace et selon les termes de celles et de ceux qui y croient, entre autres les associations de développement démocratique. Il se définit par qui le caractérise plus comme processus qu’une destination, un parcours à vivre par les citoyennes et citoyens marocains avides d’évoluer en êtres égaux dans la dignité, le respect de leurs droits et la responsabilité dans l’accomplissement de leurs devoirs.

Le Développement démocratique au Maroc est ainsi une construction citoyenne collective, évolutive et ouverte, ne pouvant se contenter, dans son évolution, du seul composant local. Il a besoin de marier, en permanence, les identités le caractérisant aux universalités dans un rapport convivial.

Selon cette acception, on peut se demander si le mouvement associatif de développement démocratique (MADD) au Maroc a pu saisir toutes les opportunités d’actions, locales et internationales pour influencer, en toute responsabilité et respect des droits, les politiques publiques, en faveur d’une participation citoyenne durable dans leur définition, leur réalisation et leur évaluation. On peut également s’interroger sur les moyens nécessaires, intellectuels, méthodologiques, humains, financiers dont dispose ce mouvement possède pour produire cette influence de la manière la plus efficace et la plus efficiente. Enfin, en tant qu’acteur parmi d’autres, saurait-il négocier et fédérer autour de sa vision, face et avec les autres parties prenantes du développement démocratique.

Il est admis, historiquement et comparativement aux expériences dans la région MENA (Afrique du Nord et moyen Orient), que la force du mouvement associatif marocain réside dans sa valeur bénévole et son engagement pour défendre les causes et les valeurs structurantes du développement démocratique. Toutefois, il est constaté, avec crainte, le risque que ces atouts se perdent dans un mouvement associatif de masse – combien en avons-nous besoin – phagocyté par des incitations mal orientées, des rapports de dépendance, d’absence de bonne gouvernance ou de jeu d’intérêts individuels ou claniques. Le même souci interpelle lorsqu’on observe que ce mouvement se trouve étouffé par la limitation des libertés publiques, ou via des pratiques bureaucratiques en dehors de la loi.

Se prémunir contre ce type de glissements revient à hausser le niveau de vigilance du MADD, à promouvoir ses rôles et à renforcer ses capacités. Plus particulièrement, ce mouvement est investi aujourd’hui de l’obligation d’être vigilant par rapport aux questions prioritaires de développement, de redonner du sens au volontariat et de professionnaliser ses interventions.

Cette aspiration a constitué le cœur de la mission de l’Espace Associatif dès sa création. Elle demeure, plus de vingt années après, toujours d’actualité. Les membres de l’Espace Associatif sont convaincu/e/s du rôle joué par leur organisation et l’ont dotée d’une orientation stratégique axée sur trois  principaux axes :

1- le développement de pôles régionaux avec des associations partenaires actives et porteuses des mêmes ambitions de développement démocratique, comme stratégie de décentralisation de ses activités et de renforcement des tissus associatifs sur le plan local ;

2- la mise en place de pôles thématiques autour de problématiques cruciales pour le développement démocratique à savoir : l’éducation inclusive, la participation citoyenne, l’environnement et la promotion des droits économiques et sociaux.

3- la création d’un environnement juridique, financier et fiscal adapté  qui consacre la reconnaissance de la contribution citoyenne des associations au développement, notamment à travers leur  la participation à la définition et au suivi des politiques publiques,  à la décision locale dans le cadre d’actions de plaidoyer au niveau national, régional et local.

Parallèlement, cette orientation intègre le développement et le renforcement de programmes de partenariats avec les institutions nationales et les organisations internationales, auxquelles, je présente mes sincères remerciements pour la qualité des projets qui nous unissent et la dimension stratégique qu’ils accordent à notre coopération.

Autour de ce plan, nos membres et partenaires associatifs, membres ou non membres de l’Espace Associatif, sont invité/es à travers cet appel à se mobiliser encore plus et renforcer leur contribution, chaque personne physique et chaque association selon sa mission, pour produire l’impact nécessaire sur l’environnement de notre action en favorisant les synergies avec les programmes et projets  que l’Espace Associatif propose en articulation avec leurs domaines d’action.

Selon cette approche, l’Espace Associatif n’a ni la vocation ni l’ambition d’être le porte-parole du mouvement associatif de développement démocratique, encore moins le substitut des organisations dans leurs domaines d’intervention. Il a choisi, sous le contrôle de ses membres, d’être l’instrument intelligent au service de ce mouvement. Garantir le respect de cette mission dépend de la capacité des associations, des actrices et des acteurs associatifs, à saisir les champs de complémentarité dans la différence. C’est une œuvre collective où les contributions ne sont pas forcément de même nature ni de même intensité, mais convergent toutes, encore et toujours, vers la même finalité : le développement démocratique.

Calendrier

juin 2019
L M M J V S D
« Mai    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930